• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 5 mars 2015 tagRUGBY - TOP 14

Top 14 - Jérôme Porical : « Le Top 14 ne favorise pas la formation de joueurs français »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Avant de disputer un match crucial pour le maintien de Lyon en Top 14 en se rendant sur la pelouse de Castres (samedi, 18h30), Jérôme Porical (29 ans), l’arrière perpignanais du LOU, fait le point sur sa saison et l’actualité du rugby français.

porical-rugby
  © LIONEL BONAVENTURE / AFP

UN MATCH DE RELÉGABLES

On ne s’attendait pas à voir Castres à cette place de lanterne rouge à ce moment de la saison mais cela devient un de nos principaux concurrents dans la lutte pour le maintien donc ce match devient capital pour nous. De notre côté, on reste un promu et même si l’effectif est assez complet, on ne s’attendait pas à jouer le titre non plus. Si on se retrouve à une place d’avant-dernier aujourd’hui, c’est qu’on a connu des contre-performances. Bien sûr, on nourrit quelques regrets sur des matches où on aurait pu récupérer plus de points, mais on savait que ce championnat allait être compliqué pour nous. Concrètement, tout se joue sur des petits détails en Top 14. Il y a encore trois ou quatre saisons, on savait très bien pour qui cela serait compliqué de se maintenir. Aujourd’hui ce n’est plus le cas car il y a trop d’équipes qui se valent et les promus se maintiennent.

UNE SAISON RAGEANTE

Quand on regarde les scores, les matchs sont souvent très accrochés, il y a moins de trois points entre les équipes. A Grenoble par exemple, on mène avec le point du bonus offensif à cinq minutes de la fin et on perd le match (34-30, 11e journée); à Bayonne, on a une décision importante à prendre à cinq minutes du terme, on hésite entre une pénaltouche ou les trois points et on vient mourir à une unité (23-22, 16e journée); face au Racing-Métro, on perd le match sur une seule action (11-13, 17e journée)… Voilà, les regrets ils sont là. Après, il ne faut pas oublier qu’il y a certains matches où on gagne un peu par miracle, comme face à Montpellier à la maison (23-20, 12e journée)

UN EFFECTIF TRÈS DENSE

Le LOU a souhaité engager une quinzaine de joueurs à l’intersaison et d’autres étaient encore sous contrat donc on s’est retrouvé avec un effectif très dense. Il y a même des joueurs qui n’ont pas encore joué. C’est un choix, je sais simplement que ce groupe a la qualité pour se maintenir en Top 14. On a vu la saison dernière que ce n’était pas une garantie pour rester parmi l’élite mais je pense sincèrement qu’on a notre place dans ce championnat. Personnellement, je n’avais pas eu la chance d’enchainer les matches en début de saison mais c’est ce que j’arrive à faire depuis quelques journées (il reste sur six rencontres de Top 14 en tant que titulaire). Les matches de Challenge européen m’ont fait du bien et depuis, je poursuis sur ma lancée donc j’ai envie de prolonger cette série.

LA SITUATION DE PERPIGNAN

Je crois qu’il y a eu de nombreuses erreurs de faites dans ce club, quand on voit aujourd’hui le nombre de Catalans ou de joueurs étant passé par l’USAP qui évoluent en Top 14, on est en mesure de se demander pourquoi le club ne les a pas gardés quand il le pouvait. Personnellement, j’étais en période de renégociation de mon contrat durant la saison 2011-2012 et je n’ai plus eu de nouvelles du club. Il y a eu des remaniements au niveau des entraîneurs avec le départ de Jacques Delmas et la nomination de Marc Delpoux. De mon côté, cela faisait quelques années déjà que j’étais au club (depuis 2006), j’ai donc voulu passer un cap avec une autre équipe. 

LE XV DE FRANCE

Je crois que la situation de l’équipe de France ne surprend plus trop car cela fait deux ans que les résultats sont en dents de scie. Cela avait un peu commencé sous l’ère de Marc Lièvremont même s’il y avait eu un Grand Chelem (2010) et un meilleur pourcentage de victoires qu’avec Philippe Saint-André. En tant qu’amoureux du rugby, je suis forcément un peu triste car j’aimerais que cette équipe nous fasse rêver… Maintenant, il ne faut pas se le cacher, je crois que tout n’est pas mis en œuvre pour que la sélection et le Top 14 réussissent conjointement. Il y a un choix qui a été fait, avec la Ligue d’un côté et la Fédération de l’autre…

C’est dommage pour la formation des joueurs français car ils ont du mal à évoluer en championnat, c’est un cercle vicieux. On voit arriver beaucoup d’étrangers, ce qui améliore certes le niveau général, mais cela se fait au détriment des Français. Si vraiment ces joueurs apportaient une plus-value à l’équipe de France, pourquoi pas ? Je ne suis pas contre l’idée de naturaliser des joueurs. Après, si on me demande de choisir entre Brice Dulin et Scott Spedding, je choisis Brice Dulin… Jusqu’à présent, je n’ai pas l’impression que les joueurs comme Spedding ou Rory Kockott aient apporté une grosse valorisation dans le jeu de l’équipe de France. Et à valeur égale, je préfère voir des joueurs français.

Jeudi 5 mars 2015 tagRUGBY - TOP 14
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 4 décembre 2015
    Julien Pierre : "Quand on prend 50 points..." [lire la news]
  • Jeudi 26 novembre 2015
    Fabrice Landreau : "On n'est pas content de notre rendement" [lire la news]
  • Jeudi 5 novembre 2015
    Olivier Azam : "Préserver l'identité d'Oyonnax" [lire la news]
  • Jeudi 29 octobre 2015
    Marc Andreu : "Ajouter des titres aux performances" [lire la news]
  • Jeudi 22 octobre 2015
    Benjamin Fall : "Le jeu de Montpellier est devenu pragmatique" [lire la news]
Voir tous les communiqués