• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 9 avril 2015 tagFOOT Coupe de France

Guy Cotret : "La Coupe de France arrive au bon moment"

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

A la présidence du club auxerrois depuis avril 2013, Guy Cotret (65 ans) se réjouit de la mise en lumière de l'AJA au travers du parcours des Bourguignons qui disputeront la finale de la Coupe de France cette saison. 

guy-cotret-auxerre
  © JEAN PAUL THOMAS / THOMAS PICTURES / DPPI MEDIA

Le parcours en Coupe de France

"Cette compétition, on l'a prise comme la cerise sur le gâteau car c'était inattendu. En même temps, les opportunités du tirage ne nous ont pas trop rendu la tâche plus difficile qu'elle ne l'était déjà au départ. Même si on s'est souvent qualifié avec des scénarios épiques (face au Poiré-sur-Vie en huitièmes puis contre Brest aux tirs au but). On en est arrivé là en remportant de nombreux matches à l'extérieur aussi (5). On était bien conscient que Guingamp représentait le tirage le plus abordable pour nous au regard des autres prétendants (Saint-Etienne et le PSG) mais c'était tout de même le tenant du titre !"

"La coupe de France procure une excitation particulière qu'on ne retrouve pas dans un match de championnat classique. Il y a aussi une autre exposition, il faut le dire. Je crois que les joueurs le reconnaissent également. Pour le club, cela le remet un peu dans la lumière. On fait ainsi plaisir aux spectateurs et aux partenaires."

La saison en Ligue 2

"On réalise un parcours honorable en championnat mais il ne nous permet pas pour le moment de croire à la montée (Auxerre occupe le huitième rang, à cinq points du troisième). J'ai toujours l'espoir que l'on puisse grimper au classement d'ici à la fin de la saison mais on a manqué pas mal d'occasions de le faire. Même si on s'était fixé un objectif entre la sixième et la huitième place, on espère toujours faire mieux."

"Notre but est de retrouver la Ligue 1 car c'est forcément plus intéressant d'un point de vue sportif. Concernant l'aspect économique également puisque notre modèle fait que l'équilibre serait plus facile à trouver à l'échelon supérieur. Les charges hors salaires seraient les mêmes. Si on avait la chance de jouer en Ligue 1, notre stabilité serait garantie. L'idée est également de garder les joueurs de notre effectif pour ne pas avoir à reconstruire une équipe, comme on le fait depuis deux saisons maintenant."

L'AJA, toujours un modèle de formation ?

"On a signé cette saison sept joueurs qui ont remporté la coupe Gambardella l'année dernière donc ce n'est pas un hasard, l'AJA mise toujours sur la formation. Les garçons s'aguerrissent mais il faut aussi les encadrer car ils peuvent parfois être inquiets à l'idée de se lancer dans le grand bain des professionnels. Il ne faut pas oublier que le centre de formation a également un coût, qui s'établit à 4 millions d'euros par an nous concernant. Et on ne vend pas pour quatre millions d'euros chaque année ! Maintenant, ce n'est pas pour cela que je vais le réduire, je considère que c'est l'ADN de notre club. Auxerre n'aurait pas de sens sans son centre de formation."

La réalité d'un club de Ligue 2

"Il y a eu des partenaires qui nous ont quittés ou qui ont réduit leur participation au sein du club, je le comprends. Mais d'autres ont pris une place et je sens bien qu'il y a un intérêt. A quelques jours près, à une certaine époque, on n'était pas loin du dépôt de bilan donc il faut redresser la situation financière petit à petit. Ce n'est pas facile mais la coupe de France arrive au bon moment ! Ses recettes, même si elles ne sont pas aussi importantes qu'on l'imagine, sont bonnes à prendre."

"Les conditions économiques sont les principales difficultés que l'on rencontre quand on a la mission de pérenniser un club au niveau professionnel. Cela induit des charges importantes. L'aide à la relégation est peu significative, les contrats établis avec les joueurs en Ligue 1 sont certes dégradés de 20% en Ligue 2 mais ce n'est pas beaucoup et les droits télé chutent d'une façon considérable. Le public nous demande toujours : "Alors, qui allez-vous recruter la saison prochaine ?" Mais je dois d'abord compter mes sous."

Le poids du passé

"On voit bien à la faveur de la coupe de France que les supporters répondent présents. On a multiplié par trois notre moyenne de spectateurs sur la demi-finale par rapport aux rencontres de Ligue 2 (de 6 000 à 18 000 personnes). C'est déjà une réponse du frémissement que je ressens autour du club. Quant à moi, le football est ma passion, je suis bénévole et je tiens à le rester car cela apporte une forme de liberté."

"Dans ce club, il y a à la fois la chance de bénéficier d'une histoire et en même temps, un poids du passé, la volonté de revivre rapidement de grands moments et le poids des anciens. Ce n'est pas négligeable, il faut savoir les contenir, leur faire comprendre que l'AJA d'aujourd'hui, ce n'est pas celle d'hier avec des recettes de Ligue des champions. Je m'attendais à cela, il faut accepter de ne pas aller aussi vite que certains le souhaiteraient. Mais j'y prends beaucoup de plaisir ! Après ma retraite dans le milieu bancaire, je trouve là un relais de passion donc je ne regrette à aucun moment mon choix."

Jeudi 9 avril 2015 tagFOOT Coupe de France
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
  • avr. 2015
    Newsletter PMU Sport n°243 - L’histoire finit toujours par se répéter [Lire la Newsletter]
Sur le même sujet
  • Jeudi 28 mai 2015
    Jean-Luc Vannuchi : "Donner une bonne image de l’AJA" [lire la news]
  • Jeudi 28 mai 2015
    Le parcours de finalistes [lire la news]
  • Jeudi 28 mai 2015
    Palmarès de la Coupe de France : le tableau des clubs les plus titrés et les finales perdues [lire la news]
  • Jeudi 28 mai 2015
    
Finale de la Coupe de France 2015 : le PMU met en place un dispositif exceptionnel [lire la news]
  • Jeudi 9 avril 2015
    Les demi-finales [lire la news]
Voir tous les communiqués