• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Vendredi 22 mai 2015

LeBron James « J’ai des gars fantastiques autour de moi »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Cleveland a frappé d’entrée de jeu en s’imposant à Atlanta lors du match 1 de la finale de Conférence à l’Est. LeBron James joue son dixième playoff et sa cinquième finale de conférence consécutive avec une équipe de Cleveland touchée par les blessures. «King James » est un sublime compétiteur et ne lâchera rien à une marche des Finals NBA. Son interview à Cleveland.

LeBron.jpg

Atlanta a terminé la saison en tête de la Conférence Est avec 60 victoires. Qu’est-ce que vous pensez de cette équipe ?

C’est une grande équipe. On a l’a vu tout au long de la saison. S’ils ont terminé largement en tête de notre conférence c’est qu’ils sont très compétitifs. L’équilibre de leur équipe est impressionnant. Ils n’ont pas un seul joueur dominant mais cinq en même temps sur le terrain qui sont toujours dans le même tempo. Ca commence avec leur meneur de jeu, Jeff Teague. Il est All Star et on sait pourquoi. Son agressivité, la manière dont il pousse la balle, permet à ses co-équipiers d’être toujours en action. Atlanta fournit un gros travail pour jouer ensemble. 

Pour la première fois dans ces playoffs, vous n’avez pas l’avantage du terrain. Est-ce un handicap pour Cleveland ?

En demi-finale de conférence, Chicago est venu gagner chez nous le premier match mais on n’a pas été abattu pour autant car on est allé gagné chez les Bulls aussi. En playoffs, on procède toujours à des ajustements après une défaite, alors le désavantage du terrain n’est pas rédhibitoire sauf sur un match sept qui clôture une série ou une finale.

On a eu des blessures en cascade cette saison. Votre équipe est touchée avec l’absence de Kevin Love. Votre opinion sur ce sujet ?

Toutes les équipes ont été impactées mais ce sont des joueurs importants cette fois, souvent All Stars, qui ont été gravement blessés. Kobe Bryant chez les Lakers, Westbrook et Kevin Durant à Oklahoma ou Carmelo Anthony chez les Knicks. Le niveau de jeu s’en ressent avec l’absence de tels joueurs. Chez nous, c’est un coup dur supplémentaire de jouer sans Kevin Love, notre starter sur le poste d’ailier-fort. Si on ajoute les ennuis physiques de Kyrie (Irving) notre meneur de jeu, tout cela est préoccupant au moment où les playoffs deviennent de plus en plus durs. Par expérience, je sais qu’il faut être chanceux aussi pour être champion NBA. Ne pas avoir trop de blessés justement.

Vous avez été en difficulté en saison régulière face à Atlanta. Qu’est-ce qui change dans votre manière de les jouer en finale de Conférence ?

Atlanta va devoir changer sa stratégie pour défendre sur moi. La plupart de mes attaques viennent du poste et non plus du périmètre comme en saison régulière. Mon jeu est différent. 

Un sweep contre Boston (4-0), une demi-finale en six matches (4-2) face à Chicago. Pour des novices autour de vous, Cleveland va plutôt bien, non ?

Si on n’avait pas le problème des blessures, tout serait même parfait. J’ai essayé de les mettre dans les meilleures dispositions possibles pour aborder leurs premiers playoffs. Ils m’ont écouté et compris le message. Je demande l’excellence à chacun parce que j’ai la même exigence avec moi-même et je veux que nous réussissions ensemble quelque chose de grand à Cleveland. Je vois beaucoup de potentiel avec ces jeunes alors je n’hésite pas à les pousser et ils répondent très bien à ce que j’attends d’eux quand on joue ensemble. 

Votre buzzer-beater (tir à la sirène) à Chicago a fait sensation. Qu’est-ce qui vous à le plus marqué depuis le début de vos playoffs ?

Déjà, c’était le retour de Cleveland en playoffs après 5 ans d’absence. L’atmosphère était particulière quand on a reçu Boston et tout s’est amplifié avec Chicago dans une demi- finale très dure physiquement. Kevin Love nous a quitté sur blessure c’est un gros coup dur pour nous mais Double T (Tristan Thompson) est héroïque dans ces playoffs. Sans lui, on n’en serait pas là aujourd’hui. Quand je vois ce que fait Delle (Dellavedova) en assurant le scoring dans un match clef contre les Bulls, je me dis qu’on peut aller loin avec cette équipe. On a trois joueurs majeurs blessés car j’inclus notre pivot Varejao, mais l’équipe est lancée dans une course au titre et rien ne l’arrête. On oublie les blessures, pour jouer notre meilleur basket avec des gars fantastiques. Je suis fier de mon équipe. Bien plus que de mon tir à l’ultime seconde à Chicago où de mon scoring dans ces playoffs. 

Et la chose qui vous agace le plus dans ces playoffs ?

Eh bien ça me concerne personnellement. Je perds toujours beaucoup trop de ballons (4,5 ballons perdus par match face à Chicago) c’est insupportable car c’est autant de possessions et de bonus donnés aux adversaires. Jamais dans ma carrière, je n’ai perdu autant de ballons. C’est pour ça que j’étais heureux lors du match 5 contre Chicago car je n’avais aucun ballon perdu. Quand je rentre au vestiaire, c’est toujours la première statistique que je regarde, mes ballons perdus. Ca me met en rage.

Vendredi 22 mai 2015
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
  • mai 2015
    Newsletter PMU Sport n°249 - Trois géants, trois défis et autant d'occasions de parier... [Lire la Newsletter]
les dernières news
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Quand le long terme garantit le succès [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
Voir tous les communiqués