• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 11 juin 2015 tagFOOT

Réaction attendue des Bleus en Albanie

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Après son revers face à la Belgique (3-4), l’équipe de France tentera de finir la saison sur une bonne note en Albanie. Didier Deschamps se dit confiant sur la capacité de réaction de son groupe.

Même quand il ne s’agit que d’un match amical de fin de saison, la défaite fait toujours mal. Et provoque inéluctablement des remous. Après avoir tancé ses joueurs en ironisant sur leur propension à soigner leurs facéties capillaires, Didier Deschamps a relativisé l’impact de la gifle reçue face à la Belgique, dimanche au Stade de France. «Il n'y a pas de retour en arrière. Si on joue des grosses nations, c'est justement pour avoir des difficultés. Quand on rencontre les meilleures, au potentiel offensif important, comme le Brésil en mars ou la Belgique, on se rend compte qu'on a encore des progrès à faire», a reconnu  le sélectionneur avant de mettre en exergue les carences à combler avant le coup d’envoi de l’Euro 2016 dans un an.

«Sept buts encaissés en deux matches, ça fait beaucoup, c'est beaucoup trop. On n'a pas été performant défensivement et je ne parle pas uniquement de la ligne défensive, a-t-il appuyé afin d’appeler les Bleus à faire preuve de plus d’agressivité de de concentration quand la pente s’élève. Une manière aussi de reconnaître une part de responsabilité dans le mauvais enchaînement de résultats des Bleus depuis le nul concédé à Rennes face à l’Albanie  (1-1) en novembre dernier. A modifier son onze de départ d’une rencontre sur l’autre afin de tester différentes formules tactiques et de donner un maximum de temps de jeu à l’ensemble des sélectionnés, «DD» prenait en connaissance de causes le risque de perdre en cohérence.

Un choix qu’il assume du reste parfaitement. «On a été quart-de-finaliste du Mondial, battu par le champion du monde. Depuis, j'ai décidé de donner du temps de jeu à tout le monde. J'ai notamment été amené à beaucoup changer en défense centrale, en raison des blessures. Et j'ai appelé d'autres joueurs. Je suis parti avec cette logique. Elle  va à l'encontre de la cohésion et des automatismes, mais  il est important d'avoir plusieurs possibilités. J'ai aussi une idée assez claire des potentiels et des associations», a-t-il plaidé. Malgré des couacs subis contre le Brésil et la Belgique, cette option a permis de tester au plus niveau des jeunes talents (Kondogbia, Fekir, Ntep) et de relancer des joueurs qui avaient louper le train du Mondial comme Christophe Jallet et Dimiri Payet.

«On a tous pour objectif d'être titulaire, », a ainsi avoué Jallet pour souligner la dynamique d’émulation au sein du groupe France. La hiérarchie est difficile à définir même si sur les dernières années Mathieu Debuchy a eu l'avantage. Il y a des places à prendre et j'essaye de faire du mieux que je peux chaque fois que je suis appelé à jouer. J'ai une énorme envie de participer à l'Euro.

Buteur face à la Belgique, Payet a lui mis en avant la détermination de chacun à jouer sa carte à fond : «Tout le monde pense à  l’Euro. Contre la Belgique, j’ai essayé d’apporter ce que je sais faire. J’ai marqué, c’est bien pour moi, pour la confiance, mais j’aurais préféré la victoire. Le scénario n’était pas propice à ce que je célèbre mon but

Pour finir la saison sur une note positive, Didier Deschamps ne devrait pas procéder à sa règle du mouvement perpétuel en procédant à de nombreux changements par rapport à l’équipe alignée face à la Belgique. Paul Pogba et Patrice Evra, qui ont rejoint Clairefontaine mardi après leur finale de Ligue des champions perdue, devraient ainsi débuter en Albanie. Comme Mamadou Sakho, qui devrait être associé en défense centrale à Raphaël Varane, en difficulté en club et en sélection depuis le mois de janvier. Idem  pour le monégasque Geoffrey Kondogbia qui connait a contrario  une progression fulgurante ses derniers mois.  Devant Alexandre Lacazette pourrait être associé à Olivier Giroud, si ce dernier se remet suffisamment rapidement d’une douleur contractée à un mollet. Enfin Dimitri Payet pourrait occuper, en lieu et place de son ancien coéquipier marseillais Mathieu Valbuena, le poste de meneur de jeu des Bleus.

Quelle que soit la formation retenue par Deschamps, les Bleus ont tout intérêt de se relancer en Albanie, sous peine de s’exposer à une crise de confiance.  «Aujourd'hui, il y a des équipes qui nous sont supérieures. On a encore un an. Même si on a fait une Coupe du monde satisfaisante, il y a encore du travail et à progresser», prévient Didier Deschamps, histoire de ramener les Bleus à une juste perception de leurs qualités mais aussi de leurs carences pour briguer un succès en finale de l’Euro, le 10 juillet 2016 à Saint-Denis.

 

Jeudi 11 juin 2015 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
  • juin 2015
    Newsletter PMU Sport n°252 - Gagner des titres suprêmes ou de la fierté [Lire la Newsletter]
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués