• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 18 juin 2015 tagBASKET

Interview d'Andre Iguodala : « On gagne le titre car les gars ont faim à Golden State »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Les Golden State Warriors sont les nouveaux champions NBA après avoir battus Cleveland 4-2. C’est le quatrième titre de l’histoire de la franchise Californienne, mais le premier depuis 40 ans. Si Stephen Curry a été brillant dans cette finale, c’est Andre Iguodala le défenseur des Warriors qui a été élu MVP. Son interview.

andre-iguodala
  © EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Si on vous avait dit, au début de cette finale, il y a deux semaines que vous auriez terminé MVP. Qu’auriez vous répondu ?
Je ne suis pas totalement surpris car j’ai confiance dans mon jeu. Je suis toujours très dur et exigeant avec moi-même. Bon, cette récompense aurait pu revenir de la même façon à Steph (Curry) où à Draymond (Green). Ces deux joueurs ont fait une grande saison et des supers playoffs. Dans cette finale, les triple-double pouvaient tomber à chaque match. Tout le monde a pu se mettre en valeur. Je suis surtout heureux d’avoir gagné une bague de champion NBA.

Franchise player à Philadelphie, vous avez joué à Denver et vous avez accepté un rôle de remplaçant cette saison à Golden State. C’est une belle histoire pour vous ?
C’est fantastique et c’est une drôle de sensation en même temps. On se prépare pendant des années pour jouer une finale NBA, ne serait-ce qu’une fois dans sa carrière, car c’est bien le rêve de tous les joueurs de la ligue. A Philadelphie, j’étais dans une bonne équipe mais la réussite n’était pas avec nous. Tout mon jeu s’est mis en place pendant mes années Sixers ! Aujourd’hui, je suis récompensé avec le titre NBA et cet award de MVP. Mon bonheur est total. J’étais frais dans cette finale car j’avais moins de temps de jeu, en sortant du banc tout au long de la saison. Mais j’avais accepté ce rôle à la demande du coach. Je ne regrette rien aujourd’hui. Physiquement, j’étais vraiment très bien tout au long de la finale.

Vous êtes le joueur le plus expérimenté de Golden State. Comment cette équipe a t-elle grandi pour devenir championne NBA ?
C’est une équipe jeune mais les gars ont faim. Elle est composée également de joueurs avec différentes personnalités. Draymond (Green) l’ouvre en permanence, à l’inverse un gars comme Klay (Thompson) est tranquille et discret. Mais, il y a un dénominateur commun à tous ces gars : la faim ! Ils l’ont démontré individuellement et on a cru, tous ensemble, qu’on pouvait réussir quelque chose de très fort. C’est pour ça que le groupe est allé au bout de ce qu’il recherchait.

Au fur et à mesure qu’on avançait dans la finale, on avait l’impression que le jeu de Golden State progressait. Est-ce votre avis ?
Le match 1 avait été une dure bataille. Il a donné le ton de la finale. On savait que ça allait être physique. Les gars ont compris que ça allait être long et difficile. La défaite au match 2 se joue à peu de chose, sur un rebond. Le match 3 a été plus compliqué, car on a subit le jeu de Cleveland mais notre run nous a remis d’aplomb pour la suite de la série. L’opposition a été dure sur les trois premiers matchs. Je pense qu’ensuite nos ajustements en défense comme en attaque ont fait la différence. On a maitrisé les matchs 4, 5 et 6 avec plus de jeu offensif notamment car on anticipait en défense. Ca nous a donné du jeu de contre-attaque.

La clef de cette finale, a été votre défense sur LeBron James. Une défense dure mais il y avait match entre vous deux. Comment peut-on lutter face à un tel talent ?
Cela fait onze ans que je suis dans la ligue alors je le connais un peu. LeBron n’a aucune faiblesse. Il ne faut pas lui laisser une seconde de répit. Il faut essayer de le mettre dans une zone où il est moins performant aux tirs. Ce n’est pas facile car c’est lui qui a le ballon en attaque et c’est lui qui dicte où il veut t’embarquer. Il shoote de partout ou il part en dribble sur un côté ou un autre, c’est à la défense de le contrarier. J’ai eu des aides de Draymond (Green), de Klay (Thompson) pour le coincer mais ca été une super partie à chaque fois. Je suis un basketball junky, j’ai regardé les anciens joueurs. Le basketball des années 90 était impressionnant. Je l’ai étudié pour en retenir ce qu’il y a de meilleur sur le jeu défensif.

L’autre tournant de cette finale c’est lorsque Golden State adopte un système pour jouer «  petit » (small ball) avec vous comme starter à partir du match 4 où le pivot (Andrew Bogut) va sur le banc. Est-ce que la stratégie de coach Kerr vous a surpris ?
Oui et non ! On avait déjà joué de cette manière en cours de saison, avec Draymond Green au poste de pivot. Par contre au match 4 contre Cleveland, ça été radical d’entrée de jeu car le coach voulait qu’on surprenne les Cavs. La série a basculé en notre faveur à ce moment-là. Ca nous a permis de jouer plus vite, au large, avec du jeu rapide et du shoot à trois points car Draymond peut tirer derrière l’arc également. Tactiquement on a surpris Cleveland. Ils n’ont jamais trouvé de solutions pour répondre à notre nouvelle stratégie. C’est le type de jeu que j’affectionne. Je devais défendre sur Lebron et je pouvais shooter à trois points.

Qu’est-ce que vous allez faire pendant vos vacances ?
Ma passion reste le golf et avec Steph (Curry) on va beaucoup jouer cet été. On ira aussi à Augusta pour le tournoi. Ce sera une première pour nous de voir les meilleurs golfeurs du monde.

Jeudi 18 juin 2015 tagBASKET
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Jeudi 17 septembre 2015
    L’Europe, le Monde et Olympe [lire la news]
  • Jeudi 17 septembre 2015
    Euro 2015 - Nicolas Batum : "On a toujours voulu être à la place de l’Espagne" [lire la news]
  • Jeudi 10 septembre 2015
    Euro-2015 - Nando De Colo : " Je me sens plus fort aujourd’hui " [lire la news]
  • Jeudi 3 septembre 2015
    Euro 2015 - Boris Diaw : "Canaliser la pression pour en faire notre force" [lire la news]
  • Jeudi 18 juin 2015
    La fiche d’André Iguodala [lire la news]
Voir tous les communiqués