• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 3 septembre 2015 tagBASKET

Euro 2015 - Boris Diaw : "Canaliser la pression pour en faire notre force"

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Le capitaine de l’équipe de France, Boris Diaw attaque son septième Euro avec 201 sélections au compteur. Celui qu’on surnomme « Babac » est un capitaine épanoui et concentré, fixé sur deux objectifs : qualifier l’équipe de France pour les Jeux Olympiques de Rio et conserver le titre de champion d’Europe obtenu il y a deux ans à Ljubljana.

boris-diaw-basket
  © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Diaw et les Bleus sont en mission, à Montpellier au 1er tour, puis à Lille à partir des huitièmes de finale.

Dans quel état d’esprit abordez vous le championnat d’Europe ?

On est à la fois sereins et concentrés car on a bien travaillé tout au long de ces dernières semaines avec une dizaine de matchs de préparation. On sait aussi, qu’il y a énormément de pression mais il faut savoir la canaliser pour en faire une force. On a vu ces dernières années que les équipes qui jouaient à domicile étaient en difficulté dans ce type de compétition alors c’est à nous de la gérer pour être plus forts avec l’appui de notre public. 

Avec un bilan de 8 victoires pour deux défaites c’est un bilan positif en préparation. Le banc cette année ne serait-il pas meilleur ?

Tout le monde était prêt physiquement quand on a débuté la préparation en juillet car personne dans le groupe ne voulait être en difficulté. Ensuite, on a vu que le jeu s’est mis en place de manière progressive, et sur certains matches, la profondeur de notre banc a été un atout. On aura besoin de fraicheur pour aller au bout à l’Euro et ça passe par un banc performant qui apportera cette différence quand ce sera nécessaire. 

A Montpellier, le groupe A dans lequel vous jouez au 1er tour, devrait vous mettre en confiance rapidement. Qu’en pensez-vous ?

Ce 1er tour peut être dangereux. On ne prendra personne à la légère. On doit attaquer cet Euro du mieux possible. La Russie sera l’un des adversaires le plus dangereux. La Finlande développe aussi un bon basket et on a perdu au début de la prépa, chez eux. C’est une équipe redoutable car elle possède de gros shooteurs. Il y a aussi des équipes qui ont un gros passé basket comme Israël qui est toujours à fond, ou la Pologne qui peut être assez technique et surprenante.

Vous êtes capitaine de cette équipe depuis 2006. Quelle est votre conception de ce rôle ?

La relation est saine avec tous les joueurs. On a un bon groupe, un groupe intelligent qui comprend les enjeux. C’est aussi pour cela qu’on a réussi à faire des performances ces dernières années. Tout le monde est sur la même longueur d’ondes. On sait tous, qu’il faut faire des sacrifices pour gagner des matches et des titres. Avec le staff, c’est la même chose. Cet encadrement met tout en œuvre pour que l’équipe soit dans les meilleures conditions possibles. 

Comment voyez-vous la montée en puissance des jeunes générations en équipe de France ?

C’est ce dont nous avons besoin. Le moment où l’équipe de France joue le mieux, c’est quand deux générations se croisent. On dispose à la fois de la sagesse, du recul et de l’expérience des anciens mais aussi de la fougue, du peps et de la dimension athlétique qu’apportent les plus jeunes. C’est un excellent cocktail. 

En huitième de finale, c’est obligatoirement un gros morceau qui vous attend. Quel adversaire redoutez vous le plus ?

Il faudra faire attention à l’Espagne et à la Serbie. Ce sont les deux équipes favorites de cet Euro avec l’équipe de France. L’Espagne reste toujours une grande équipe même sans quelques piliers de la sélection comme Marc Gasol. La Serbie nous a battus en ½ finales de la Coupe du monde l’an dernier et elle est vice-championne du monde en titre. Qui sera 4e dans le groupe B ? Ca peut être l’Allemagne qui jouera chez elle, tout comme l’Italie qui vient avec ses meilleurs joueurs. Ce huitième sera compliqué mais on le savait avec cette formule dès le départ. 

Verra-t-on la meilleure équipe de France de tous les temps dans cet Euro ?

Ce n’est pas à moi de le dire. Il faut jouer. Ce qui apparaît sur le papier, ce n’est rien. Un back-to-back serait fabuleux ! C’est l’objectif premier. 

Jeudi 3 septembre 2015 tagBASKET
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Jeudi 17 septembre 2015
    L’Europe, le Monde et Olympe [lire la news]
  • Jeudi 17 septembre 2015
    Euro 2015 - Nicolas Batum : "On a toujours voulu être à la place de l’Espagne" [lire la news]
  • Jeudi 10 septembre 2015
    Euro-2015 - Nando De Colo : " Je me sens plus fort aujourd’hui " [lire la news]
  • Jeudi 18 juin 2015
    Interview d'Andre Iguodala : « On gagne le titre car les gars ont faim à Golden State » [lire la news]
  • Jeudi 18 juin 2015
    La fiche d’André Iguodala [lire la news]
Voir tous les communiqués