• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 26 novembre 2015 tagRUGBY - TOP 14

Fabrice Landreau : "On n'est pas content de notre rendement"

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • facebook

Manager de Grenoble, Fabrice Landreau (47 ans) s'apprête à croiser la route du Stade Français, son ancien club (dimanche, 16h15). Il se verrait bien faire tomber le champion de France malgré les difficultés actuelles de son équipe.

fabrice-landreau
  © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

UNE EQUIPE QUI SE CHERCHE

"Ce match doit être une référence pour Grenoble sur un plan comptable et sur le contenu. Aujourd'hui, on ne maîtrise pas bien notre conquête. On doit faire preuve d'une plus grande régularité car notre dernier gros match à domicile, c'était face à Toulon (victoire 32-29, 7e journée) et le Stade Français représente notre dernier rendez-vous face à un ténor du championnat durant la phase aller. On va savoir si on peut se trouver dans les standards que l'on s'est fixés et si on progresse, ou bien s'il en manque encore un peu pour recoller le plus vite possible au peloton de tête. On veut suivre nos principes offensifs avec une vraie volonté de tenir le ballon. On est passé sur un système défensif beaucoup plus agressif, on a encore du mal à le maîtriser… On doit s'améliorer également dans la mêlée et la touche, des paramètres qu'on gérait bien la saison passée et sur lesquels on a plus de mal ces derniers temps. On n'est pas content de notre rendement d'une manière générale."

BASCULER DU BON COTE

"Ce n'est pas évident de tirer des enseignements avec la préparation tronquée par la Coupe du Monde mais ce que je vois c'est que les grosses équipes jouent vraiment le championnat sans faire d'impasse. Ce n'était pas le cas la saison dernière… Le Racing, Castres, Toulouse, Montpellier, avec son problème de succession de Fabien Galthié, étaient autant d'équipes qui n'étaient pas dans une bonne dynamique. En revanche, cette année, ces formations sont dans le ton. Après, l'autre point à souligner est que les équipes sont toujours aussi bien organisées et compétitives. C'est dans la capacité à battre les gros chez soi et à faire la différence sur des matches à l'extérieur ou sur les bonus qu'on va pouvoir tirer notre épingler du jeu. L'objectif est d'être dans le top 8 cette saison (le club est actuellement 8e avec 18 points). On reste sur des exercices terminés aux 10e et 11e places alors on sent que les six premiers sont aujourd'hui très difficiles à atteindre. Ce que l'on souhaite, c'est de s'en rapprocher pour avoir le sentiment d'avoir passé un cap. "

DES RETROUVAILLES AVEC LE STADE FRANÇAIS

"Je suis toujours ravi de croiser la route du Stade Français même si cela fait désormais sept ans que je suis à Grenoble. Beaucoup de choses ont changé à Paris malgré le rose sur le maillot (sourire). Le club s'est affranchi des années 2000 fastes en remportant le championnat la saison dernière, il en avait besoin pour passer un palier car le passé commençait à devenir très pesant. Ce Bouclier de Brennus, il le doit à une génération exceptionnelle que j'ai bien connue. Je pense aux Plisson, Bonneval, Slimani, Flanquart, Durban, Bonfils, Camara… Je me souviens d'eux quand ils étaient plus jeunes, au sein des équipes cadets et juniors. Je pense que le Stade Français s'appuiera encore sur eux pour les prochaines années et je suis très content de leur parcours. Maintenant, je serais encore plus satisfait si on arrive à les battre car ce sont quand même les champions de France et c'est toujours valorisant de battre les meilleurs."

LA COUPE DU MONDE DU XV DE FRANCE

"J'espérais un meilleur parcours mais il n'y a pas eu de bonne surprise. La poule était relativement facile avec l'Irlande comme seule véritable adversaire, et il n'y a pas eu de match. La qualification était logique et on savait qu'on ne gagnerait pas contre la Nouvelle-Zélande ! Il m'a semblé que les joueurs ont donné le meilleur d'eux-mêmes, c'est un sentiment depuis l'extérieur du groupe. Je trouve que la préparation physique était plutôt bonne. Maintenant, en ce qui concerne, le jeu, je ne peux pas le juger car c'est un travail de staff. Il a été en décalage par rapport à ce qu'on a pu voir des autres nations mais il m'a semblé que le XV de France s'appuyait sur des points relativement forts comme la défense et la conquête. Cela n'a malheureusement pas suffi... J'ai envie de dire que la France est à sa place, on fait quart de finaliste, cela correspond au rang qu'on occupe à l'échelle du rugby. Il n'y a pas eu de miracle ni de catastrophe."

Jeudi 26 novembre 2015 tagRUGBY - TOP 14
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • facebook
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 4 décembre 2015
    Julien Pierre : "Quand on prend 50 points..." [lire la news]
  • Jeudi 5 novembre 2015
    Olivier Azam : "Préserver l'identité d'Oyonnax" [lire la news]
  • Jeudi 29 octobre 2015
    Marc Andreu : "Ajouter des titres aux performances" [lire la news]
  • Jeudi 22 octobre 2015
    Benjamin Fall : "Le jeu de Montpellier est devenu pragmatique" [lire la news]
  • Jeudi 10 septembre 2015
    Christophe Urios : "Pas un match comme les autres" [lire la news]
Voir tous les communiqués