• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 19 juin 2014 tagFOOT

Griezmann, la nouvelle coqueluche des Bleus

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Appelé pour la première fois en sélection au mois de mars, Antoine Griezmann s’y est imposé rapidement. L’attaquant polyvalent de la Real Sociedad, préféré à Olivier Giroud contre le Honduras, a été adoubé par les cadres du vestiaire.

PMU199photo2.jpg
  © JEFF GROSS / GETTY IMAGES / AFP

Son baptême du feu au mois de mars contre les Pays-Bas avait été timide mais suffisamment convaincant pour décider Didier Deschamps à l’inclure dans sa liste des 23 pour le Brésil. Le forfait de Franck Ribéry a accéléré son ascension en le propulsant dans le onze de départ face au Honduras pour l’entrée en lice réussie des Bleus au Mondial. 

Déjà auteur de trois en buts en cinq sélections, cet attaquant polyvalent n’a pas manqué ses grands débuts en Coupe du monde en dynamisant le jeu offensif de l’équipe de France par sa créativité, sa qualité technique et ses appels de balle intelligents. Pour une performance de haut vol qui aurait pu être rehaussée d’un but s’il n’avait pas trouvé la barre transversale à la suite d’une détente impressionnante pour un joueur de son gabarit  (1,76 m, 68 kg).

Une éclosion éclair saluée par le sélectionneur, qui l’avait pour l’occasion préféré à Olivier Giroud. « Dès sa première sélection contre les Pays-Bas, c'était le branle-bas de combat autour de lui. Il a dû digérer ça. Lors de sa première sélection, il avait été un peu timide, mais depuis la préparation, il est beaucoup plus facile, plus libéré. Ce qu’il a fait, c’est très bien, mais ça demande confirmation. A partir du moment où je le mets, c’est que je pense qu’il est capable d’apporter beaucoup de choses», a réagi le sélectionneur.

Pris sous son aile par Karim Benzema, qui apprécie son style tout en déviations et en mobilité, Griezmann savoure son avènement en toute décontraction. «C’est facile de rentrer dans cette équipe. C’est un jeu de possession, avec une qualité technique assez forte. Karim m’a dit de jouer comme en club, d’avoir confiance en moi, de ne pas me prendre la tête et de me baser par rapport à ses déplacements.» 

Déterminé à faire valoir son profil différent façonné par l’école espagnole –recalé notamment par les centres de formation de Lyon, Saint-Etienne et Metz, il est parti à treize ans à la Real Sociedad pour s’ouvrir un destin de footballeur- rejette les comparaisons avec les Franck Ribéry de 2006.

 «Moi, je suis Antoine Griezmann, il n’y a pas de comparaison à faire», répond-il comme pour mieux affirmer sa singularité. A l’instar de Benzema, qui ne cesse de l’encenser (« c'est un bon joueur. Il répond présent quand on fait appel à lui. Je lui parle beaucoup, le lui donne des conseils. Il est vraiment à l’écoute, c’est important pour un jeune joueur. Et sur le terrain, on essaie de se trouver. On a de plus en plus d'affinités »), les cadres du vestiaire l’ont adoubé pour animer avec Mathieu Valbuena avec lequel il combine  les yeux fermés, le jeu offensif de l’équipe de France.

Jeudi 19 juin 2014 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués