• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Vendredi 8 août 2014 tagFOOT

Mais où va le RC Lens ?

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

L’emblématique club nordiste se faisait une joie de retrouver l’élite cette saison. A la suite d’un « imbroglio bancaire » ayant provisoirement annulé son accession, le RCL dispute bien la L1 à partir de demain mais sans garantie de succès. 

RC-lens-fan
  © EDDY LEMAISTRE / DPPI MEDIA

La DNCG l’empêche de recruter et des travaux le privent de sa place forte, le stade Felix-Bollaert. Ça fait beaucoup, non ?

Cela s’appelle un été chaotique. A Lens, si la joie d’obtenir sur le terrain son ticket pour la Ligue 1 s’est rapidement répandue dans toute la ville au soir de la dernière journée de Ligue 2 la saison passée, tout n’a pas été un long fleuve tranquille au moment d’aborder la période estivale. Interdit d’accession à l’élite par la DNCG à la mi-juillet, le club présidé par Gervais Martel avait finalement convaincu l’instance du football français que ses finances restaient saines. Mais alors que le championnat de France reprend demain pour le club artésien par un déplacement à Nantes, il s’est vu infliger une impossibilité de recrutement au moins jusqu’au mercato hivernal. Autant dire que les Sang et Or avancent vers l’inconnu pour leur retour au plus haut niveau du football français.

Un budget flou

Si les interrogations sont nombreuses autour de l’emblématique club du Pas-de-Calais, c’est que ses finances ne sont pas nettes. Et les questions se cristallisent autour d’un seul homme, Hafiz Mammadov. Propriétaire du club depuis 2013, il a grandement contribué au retour du RCL au premier plan, devenant au passage le sponsor principal maillot avec son fameux «Azerbaijan, Land of fire» collé sur la tunique rouge et jaune. Mais le problème ne vient pas de là. C’est le manque de clarté financière qui a poussé la DNCG à se pencher sur le cas lensois.

Avec un budget à présenter dès le mois de juin et estimé à 48 millions d’euros, l’instance a souhaité obtenir des garanties sur ce montant. Gervais Martel, président du club, est le mieux placé pour en parler : «On a présenté à la DNCG un budget initial de 48 millions d'euros, dont 18 étaient garantis par la banque d'Azerbaïdjan. Il manquait dix millions cash. Un ordre de virement a été effectué depuis Bakou mais comme les banques françaises fonctionnaient au ralenti autour du 14 juillet, l'argent n'est pas arrivé. La décision n'a pas tenu compte de cet ordre de virement.»

Kombouaré met la pression

Victime de la lenteur des banques, le Racing Club de Lens ? Martel précise : «C'est sûr qu'avec Gervais Martel comme actionnaire majoritaire, ça serait passé comme une lettre à la poste. Mais il faut respecter les us et coutumes. Quand on s'engage dans une compétition, on connaît les règles et il faut les respecter. Ce versement de dix millions d'euros a été un peu perturbant…» Mais l’emblématique homme fort de Lens, en poste depuis 1988 (il a quitté ses fonctions en 2012 pour les reprendre en 2013), ne comptait pas en rester là. Et a constitué un dossier pour faire appel de la décision de la DNCG. Un appel qui s’est avéré gagnant puisque le club obtenait fin juillet l’aval de la direction. «C'était une décision extraordinaire pour le club, à la mesure de l'angoisse des dernières semaines. Une joie immense mais aussi le sentiment d’être passé près d'une catastrophe, tant sportive que sociale», réagissait alors Martel. 

Mais pendant ce temps, d’autres problèmes étaient apparus dans la vie du groupe artésien. A commencer par la sortie médiatique d’Antoine Kombouaré, l’entraîneur, durant la période de flou financier : «Je ne suis pas content. Je tape du poing sur la table pour dire 'Monsieur l'actionnaire, Monsieur Martel, faites ce qu'il faut pour que le travail que l'on a fait soit respecté’. La façon d'agir de Gervais Martel et des dirigeants n'est pas importante. Ce qui compte, c'est qu'ils mettent les sous sur la table». Pas disposé à poursuivre l’aventure dans un club à l’avenir incertain, l’ancien technicien du PSG (2009-2011) avait même décidé de ne pas participer à la reprise des entraînements avec ses joueurs. «J'ai eu Antoine (Kombouaré) était très peiné. Les joueurs aussi», explique Martel. Avant de préciser : «On s'est téléphoné tous les jours, parfois sept, huit fois par jour. Il n'est pas resté sans travailler pendant un mois. Je peux vous le garantir.» 

Vers une interdiction de recrutement

Avec l’accord de la DNCG, Kombouaré est revenu. Mais une autre question reste encore en suspens, celle de son effectif. Car une semaine après la décision du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) de valider la montée de RC Lens dans l’élite, la DNCG a interdit le club nordiste de tout recrutement. La raison ? Hafiz Mammadov n’a pas versé les quatre millions d’euros qu’il s’était engagé à payer devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) pour que celui-ci rende un avis favorable sur la montée du club en Ligue 1.

Encore une embûche, placée sur le plan sportif cette fois-ci. Ce qui empêche pour le moment les arrivées du gardien italien Gianluca Curci, du défenseur Christopher Glombard et du milieu Landry Nguemo. Des difficultés qui s’ajoutent aux départs d’Alphonse Areola (prêté par le PSG à Bastia) et du défenseur Marcel Tisserand (prêté par Monaco à Toulouse). Dans ces conditions, Gervais Martel vise malgré tout  «la dixième place» en fin de saison. Dernier petit détail ? Le club évoluera au stade la Licorne d’Amiens en raison des travaux subis par Félix-Bollaert en vue de l’Euro 2016. Un stade d’une capacité de 12 000 places pour un public qui remplissait la saison passée une enceinte de 40 000 spectateurs… C’est vrai, trois affiches seront également disputées au stade de France. 

Vendredi 8 août 2014 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués