• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 4 septembre 2014 tagFOOT

Les Bleus retrouvent leur public

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Après avoir fait vibrer ses supporteurs durant le Mondial, l’équipe de France aborde une période de deux années de matchs amicaux en affrontant l’Espagne, ce soir au Stade de France.

Les retrouvailles avec le stade de France s’annoncent enflammées. Pour les supporteurs français, qui ont suivi le parcours de l’équipe de France au Brésil par le filtre de la télévision, la rentrée des quarts de finalistes du dernier Mondial face à l’Espagne promet des belles émotions. 

Pour le premier d’une longue série de matchs amicaux conduisant à l’Euro 2016 à domicile, la réception de la Roja se déroulera à guichets fermés dans un Stade de France en ébullition. Comme le signe que le long chemin de croix traversé par l’équipe de France au sortir du fiasco du Mondial 2010 en Afrique du Sud a été définitivement effacé des mémoires par la primesautière réhabilitation brésilienne.

L’équipe de France a retrouvé la place centrale qu’elle n’aurait dû jamais quitter dans le cœur des Français. «Je m’attends à un très bel accueil de nos supporteurs. Ils sont de nouveau fiers de porter le maillot de l’équipe de France. Ce n’était pas évident il y a encore quelques mois. On a frôlé la catastrophe avant le barrage contre l’Ukraine mais, depuis, on a su se faire aimer. Désormais, on voit des sourires et de l’engouement dans les tribunes. Cela nous rend plus fort», s’extasie Mathieu Valbuena. Reste désormais aux Bleus à alimenter cette popularité retrouvée en entretenant cet esprit de conquête jusqu’au coup d’envoi du prochain Euro, qui se déroulera en France.

Pour y parvenir, la sélection de Didier Deschamps devra sublimer deux années sans enjeu immédiat et mettre à profit une longue série de matchs amicaux pour monter en gamme et franchir le chemin qui sépare un quart de finaliste du Mondial d’un vainqueur d’une grande compétition internationale. Une somme de petits détails que le sélectionneur s’attèle déjà à peaufiner en confortant dans sa position le groupe de joueurs auquel il n’a finalement manqué que peu de choses pour renverser le futur champion du monde allemand en quart de finale le 4 juillet dernier au Maracana.

«Même si je serai amené à incorporer de nouveaux joueurs, il est important de suivre un fil conducteur, d’avoir un noyau dur. On a besoin d'automatismes, d'affinités techniques. J’aspire à ce que la grande majorité des joueurs qui sont ici reviennent par la suite», a assuré le sélectionneur.

Avec 20 des 23 mondialistes convoqués pour affronter l’Espagnece soir puis la Serbie dimanche - manquent à l’appel Landreau à la retraite, Giroud et Koscielny blessés-, Didier Deschamps mise sur la continuité et la stabilisation des acquis pour lancer sa campagne de France. 

Avec la volonté de consolider son ossature dans les deux ans à venir. Si l’objectif de l’Euro est encore lointain, Les Bleus paraissent déterminés à se donner les moyens de relever le défi en abordant les matchs à amicaux avec la faim du tigre. «La Coupe du monde nous a vraiment apporté autant sur le plan humain que sur l'aspect footballistique. Elle nous a aussi apporté énormément d'expérience. Nous sommes encore une jeune équipe. On est ressortis grandis du Mondial. On a deux ans pour préparer une compétition à domicile. L’Euro commence dès maintenant», rameute Mamadou afin de dissiper la zone de confort que deux années sans matchs à enjeu peuvent induire.

Une ambition de mordre dans le ballon que l’équipe de France désire entretenir en s’imposant face à l’Espagne, qui, en qualité de championne d’Europe en titre, reste une grande puissance du football international en dépit de son élimination surprise au premier tour du Mondial. Pour les talents précoces des Bleus (Pogba, Varane et Griezmann), un succès de prestige sur la Roja offrirait un nouveau coup d’accélérateur vers les sommets.

Jeudi 4 septembre 2014 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués