• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 18 septembre 2014 tagFOOT

Ligue 1 - Sébastien Squillaci : « Bastia a le niveau pour embêter les meilleurs»

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

A 34 ans, Sébastien Squillaci vit à Bastia ce qu’il souhaite être le dernier défi de sa carrière. Au moment de se déplacer à Metz (samedi, 20h00), le défenseur central pose un regard objectif sur le Sporting qu’il souhaite voir progresser.

sebastien-foot
  © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Sébastien Squillaci, quelle analyse avez-vous faite du match nul concédé contre Lens (1-1, 5e journée) ?

«Quand on joue face à une équipe qui joue le maintien, Lens comme nous d'ailleurs, on se doit de prendre les trois points à domicile. Cela n’a pas été le cas… On réalise une première mi-temps très moyenne donc il y a beaucoup de déception. Toutefois, dans la physionomie de la rencontre, on peut aussi retenir qu’on revient au score. C’est le point positif, il  ne faut pas s’enterrer non plus. On sait qu’on va vivre une saison difficile.»

Vous n’avez pas caché que vous trouviez l’arbitrage souvent défavorable à votre équipe…
«Je remarque qu’on est souvent convoqué par la commission de discipline. Et quand je vois les matches du dimanche soir, c’est finalement la même chose qui se passe sur le terrain. Mais les joueurs ne sont pas pour autant convoqués. Ça me dérange.»

Seriez-vous favorable à l’utilisation de la vidéo ?

«Je suis partagé sur son utilisation. Bien sûr, quand je vois l’action de notre match à Bordeaux (1-1, 4e journée, le tir de Floyd Ayité a été détourné de la main par un joueur bordelais devant sa ligne de but), je me dis qu’on aurait pu gagner le match. Mais pour juger des actions de hors-jeu par exemple, cela me semble difficile de l’utiliser. Par contre, une caméra sur la ligne de but pour savoir si le ballon est entré ou pas, c’est pratique. Dans le jeu, personnellement, j'ai horreur de voir un adversaire simuler, tomber sur le moindre contact. La mentalité en France n'est malheureusement pas la même qu'en Angleterre à ce niveau-là…»

Et puis, il y a également l’état de la pelouse au stade Armand-Cesari qui laisse à désirer…

«On ne va pas se cacher derrière des excuses mais je souhaiterais jouer sur une pelouse correcte à domicile. Pour le moment, on doit s’adapter à ce qu’on a… Mais c’est vrai que cela peut expliquer notre façon de jouer car en défense, on doit davantage faire attention aux mauvais rebonds, aux trajectoires de balles. Mais on a aussi montré qu’on était capable de produire de belles occasions sur ce genre de terrain.»

Par ailleurs, vos supporters manifestaient leur mécontentement (après les sanctions prises à l'égard de six d'entre eux et consécutives aux débordements liés au match Bastia-Marseille lors de l'ouverture de la saison). Cela a-t-il pesé sur la rencontre ?

«Forcément, on connaît l’importance de notre public. La saison passée, on a réussi à gagner beaucoup de points grâce à lui, sur certains matches où on était en difficulté. C’est vraiment important d’avoir le soutien de tout le monde pour réaliser une bonne saison.»

A quel genre de match vous attendez-vous pour le déplacement à Metz ?

«Je pense que Metz, à domicile, va essayer de faire le jeu. On s’attend donc à un autre type de match que contre Lens, même si cela reste un promu et un candidat direct pour le maintien. On vient de perdre deux points à domicile, il faudra aller chercher quelque chose là-bas afin de poursuivre notre marche en avant. Metz est une équipe qui a des automatismes parce qu’elle réalise un parcours avec, plus ou moins, le même effectif depuis plusieurs saisons. Une équipe qui monte en Ligue 1 reste toujours sur une note positive et cela se ressent sur le terrain. Mais on a montré à Bordeaux qu’on avait le niveau pour embêter les bonnes équipes de ce championnat à l’extérieur et je pense que Metz n’a pas le niveau de Bordeaux. On peut aller gagner à Saint-Symphorien. En tant que défenseur, je serais content si on ne prend pas de but. Bien sûr, la victoire est plus importante, mais je préfère un 1-0 plutôt qu’un 3-2 ou un 4-3 !»
Comment expliquez-vous l’irrégularité de votre équipe, combative face Marseille et Bordeaux, puis apathique face à Lens ?

«Sans manquer de respect à quiconque, la motivation vient plus facilement quand on joue contre l’OM que face à Lens. Après, de par mon expérience, je connais l’importance de tous les matches. Face aux promus, on se doit de montrer qu’on est meilleurs parce qu’on a un vécu plus grand en Ligue 1. C’est le travail du coach de sensibiliser les plus jeunes sur ce point.»

Et vous, comment abordez-vous ces rencontres moins prestigieuses ?

«Quand je prépare un match, je ne me dis pas qu’on va jouer contre un promu ou une équipe qui s’est moins bien classée que nous la saison dernière. C’est une autre saison et il ya eu des changements au Sporting cet été (notamment le départ de Frédéric Hantz, l’ancien entraîneur). Il n’y a pas de match où on peut souffler. On est également conscient qu’il nous manque certains automatismes dans un effectif qui a évolué. Mais on y travaille à chaque entraînement.»

Jeudi 18 septembre 2014 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués