• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Vendredi 17 octobre 2014 tagRUGBY

Geoffrey Palis : « Il faut peut-être revoir notre mental»

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Après une entame de championnat minée par les mauvais résultats, Castres aborde la coupe d’Europe avec l’intention de s’offrir une parenthèse plus légère. Pour Geoffrey Palis (23 ans), son arrière, cela commence dès vendredi (20h45, heure française) face aux Harlequins.

palis
  © PASCAL PAVANI / AFP

Geoffrey Palis, quel est l’objectif de Castres au moment de se rendre en Angleterre pour affronter les Harlequins ?

C’est de pouvoir mettre notre jeu en place dans cette coupe d’Europe qui est réputée pour être une compétition assez ouverte. Mais on ne va pas se le cacher, il faut penser à se retrouver sur le terrain, à se rassurer dans le défi physique.»

La défaite face à Bordeaux-Bègles (59-7) a-t-elle été évacuée ?

Ça, je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est que si on se présente là-bas comme face à Bordeaux-Bègles, avec aucune présence dans l’engagement, on va avoir beaucoup de difficultés. C’est un vrai test et j’espère qu’on va le réussir.

On sent cette équipe de Castres particulièrement friable. Est-ce aussi votre avis ?

Je pense que c’est un relâchement inconscient du groupe mais c’est difficile de donner une explication à ce qui se passe. On ne comprend pas trop. C’est peut-être l’aspect mental qu’il faut revoir. Paradoxalement, le groupe vit bien, mais cela ne se ressent pas sur le terrain. On lâche des matches, on ne tient pas compte des consignes. On ne peut s'en vouloir qu’à nous-mêmes. Les consignes, on les connaît.

Et l’encadrement du club est monté au créneau cette semaine…

C’est vrai que le président (Pierre-Yves Revol) et le manager (Matthias Rolland) sont venus nous parler pour bien nous faire comprendre la difficulté dans laquelle nous sommes. Le message est passé et il faut mettre en application les consignes. Il n’y a pas de discours alarmiste mais il ne faut pas se dire que cela va venir tout seul. Il faut que chaque joueur se responsabilise et se remette en question. Il ne faut pas penser que le salut viendra des autres.

A-t-on déjà imaginé le scénario d’une relégation ?

Pour l’instant non, on n’a pas encore joué la moitié des matches donc on ne pense pas à la relégation. Il faut être conscient que cela peut arriver mais en même temps, tout faire pour l’éviter. Mais on n’est pas à deux journées de la fin du championnat non plus, ni dans une situation où on n’aurait pas notre destin en mains.

Malgré cette situation en Top 14, êtes-vous excité à l’idée de disputer la coupe d’Europe ?

Oui, bien sûr. Je n’avais pas disputé beaucoup de matches européens la saison dernière mais c’est vrai que cela fait grandir. Jouer contre de grandes équipes, avec un tel niveau de jeu… C’est sûr que cela laisse des traces physiquement, mais c’est une bonne chose.

Quelle analyse avez-vous faite de cette équipe anglaise ?

C’est une équipe qui joue beaucoup à une passe, qui avance vite vers l’avant et qui n’hésite pas à multiplier les temps de jeu. Une des clés du match sera de bien défendre.

Pensez-vous que le CO accuse le coup après ses dernières bonnes saisons ?

Je ne crois pas car quand on voit des joueurs de Castres appelés en équipe de France par exemple, cela titre le groupe vers le haut, cela donne envie aux autres de se dépasser pour y être aussi.

Justement l’équipe de France, vous y pensez ?

Pour l’instant, c’est surtout la situation du club qui est importante. Si le CO se redresse et que je réalise de bonnes performances, j’aurai peut-être de bonnes surprises. Mais je ne rentre pas sur le terrain en pensant à l’équipe de France. Cela reste un objectif mais  je dois encore beaucoup travailler en club pour y arriver.

Que pensez-vous du fait d’appeler des joueurs étrangers en équipe de France, comme Rory Kockott, votre partenaire en club ?

C’est un sujet assez sensible et je ne suis pas très bien placé pour en parler. Je ne veux pas trop donner mon opinion sur cela.

Sur un plan personnel, quelle analyse faîtes-vous de votre début de saison ?

J’ai subi une opération aux adducteurs, ce qui m’a empêché de bien suivre la préparation de la saison. Après, sur les deux premiers matches, le contenu n’est pas mauvais, mais je fais des fautes qui nous mettent en difficulté, notamment contre le Stade Français (22-25, 1ère journée) et Toulouse (35-6, 2e journée). J'ai travaillé sur la confiance en mon jeu, et cela s’est mieux passé par la suite.

Vendredi 17 octobre 2014 tagRUGBY
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La 3e journée - Champions Cup [lire la news]
  • Jeudi 10 décembre 2015
    Dimitri Szarzewski : "Quelque chose de grand va se passer avec le Racing 92" [lire la news]
  • Jeudi 10 décembre 2015
    Champion's Cup - Laurent Travers : "Dan Carter peut nous rendre meilleurs" [lire la news]
  • Vendredi 20 novembre 2015
    Coupe des Champions - Baptiste Serin : "L'UBB a su se créer une notoriété à Bordeaux" [lire la news]
  • Jeudi 22 octobre 2015
    Avec nous, la routine n’est pas de mise [lire la news]
Voir tous les communiqués