• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 6 novembre 2014 tagCYCLISME

Coupe de France-PMU - Julien Simon: « Une vraie prime à la régularité »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Deuxième en 2012, le puncheur breton de la formation Cofidis (29 ans), a survolé cette année la Coupe de France-PMU. De sa victoire au Grand Prix de Plumelec à un Tour de France délicat en passant par le virage entrepris par son équipe, Julien Simon est revenu, pour nous, sur une année bien remplie.

julien-simon
  © DOUG PENSINGER / GETTY IMAGES EUROPE / GETTY IMAGES/AFP

Vous étiez déjà passé tout près d’un succès final sur la Coupe de France-PMU, que ressentez-vous après avoir réussi à inscrire votre nom au palmarès cette année ?

C’est vrai que j’avais terminé deuxième derrière Samuel Dumoulin il y a deux ans et que cette fois, c’est moi qui vais recevoir le trophée ce soir à Vincennes. En début de saison, je n’y pensais pas du tout mais après la Route Adélie (2e), on en a discuté avec Yvon (Sanquer, le manager de l’équipe Cofidis) et on a décidé de faire de la Coupe de France un objectif. Je n’ai gagné qu’une seule course cette année à Plumelec et ça me fait quand même une belle deuxième ligne sur le bilan. Ca restera une vraie satisfaction personnelle et collective.

Remporter la Coupe de France-PMU, c’est souvent la preuve d’une belle régularité. Est-ce une qualité importante à vos yeux ?

Beaucoup de coureurs ne participent pas à toutes les épreuves mais pour remporter ce genre de trophée, il faut être présent tout au long de la saison, donc, c’est une vraie prime à la régularité. Hormis le succès à Plumelec, j’ai pas mal de podiums (5) et de nombreuses places dans le top 10. Avec la Coupe de France, je termine sur une bonne note. J’ai réussi à la gagner, je peux passer à autre chose.

Justement, quel bilan faites-vous de votre saison ?

Ma victoire en Bretagne restera le meilleur moment de ma saison. Le gros point négatif, c’est le Tour de France où je n’ai pas été au top. En même temps, c’est parti sur de mauvaises bases pour moi avec deux chutes en trois jours en Angleterre. Ça reste une déception, comme Paris-Nice où je n’ai pas pu m’exprimer à cause d’allergies tenaces.

La Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège ont toujours votre préférence ?

Je ne veux pas paraître prétentieux et dire que je vais viser la victoire sur des courses aussi prestigieuses mais j’aimerais réussir un top 10 sur ces classiques. Cela dit, à part Valverde et quelques autres, on ne peut pas tout miser là-dessus, être certain d’être au top à cette période. Ce qui compte aussi, c’est aussi de continuer à prendre du plaisir.

On a beaucoup parlé de Cofidis en cette fin de saison avec l’arrivée de Nacer Bouhanni. Comment vivez-vous ce changement de cap au sein de votre équipe ?

C’est forcément une bonne chose pour l’équipe. Je suis persuadé que Nacer va gagner des courses et que ça va tirer le groupe vers le haut. Avec Arnaud Démare, c’est le meilleur sprinteur français et il devrait nous apporter beaucoup »

Mais son arrivée bouleverse un peu les habitudes au sein de l’équipe nordiste ?

Yvon (Sanquer) avait envie d’un grand sprinteur. Il l’a trouvé mais c’est vrai que c’est un chamboulement. Beaucoup de coureurs sont partis et il va falloir tisser des liens, retrouver des automatismes. Les premiers rassemblements vont être importants mais je ne suis pas inquiet. Après, c’est vrai que Nacer va concentrer beaucoup de l’intérêt et de la pression.

Comment un coureur occupe-t-il sa période de repos ?

Pour moi, c’est quatre semaines sans vélo (depuis le 4 octobre) mais je ne vais spécialement partir en vacances. Je profite surtout de la famille, des amis. Je cherche surtout à me vider la tête et d’avoir des activités que je ne peux pas faire le reste de la saison. Le but, c’est vraiment de se ressourcer ».

Jeudi 6 novembre 2014 tagCYCLISME
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Jeudi 2 avril 2015
    COUPE DE FRANCE - Carton plein pour Pierrick Fedrigo [lire la news]
  • Jeudi 2 avril 2015
    Le calendrier de la Coupe de France-PMU [lire la news]
  • Jeudi 2 avril 2015
    Les classements de la Coupe de France-PMU [lire la news]
  • Jeudi 19 mars 2015
    Clément Venturini : « On espère que ça va venir » [lire la news]
  • Jeudi 19 mars 2015
    Le calendrier de la Coupe de France-PMU [lire la news]
Voir tous les communiqués