• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Vendredi 5 décembre 2014

Basket NBA - Joakim Noah : « C’est le mental qui te fait avancer »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Meilleur défenseur NBA la saison dernière mais aussi retenu dans la All-NBA First Team avec Chris Paul, LeBron James, Kevin Durant et James Harden, Joakim Noah nous dit son excitation de jouer à Chicago dans une équipe favorite pour le titre.

noah-chicago-bulls
  © AL BELLO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans le début de saison de Chicago ?

On sort d’un long road trip avec sept matchs en dehors de Chicago et on a fait face à l’adversité. On a joué dans la Conférence Ouest des équipes solides comme les Clippers, Portland, Sacramento et Denver et à l’Est ce n’était pas plus facile face à Boston et Brooklyn. On est revenu à Chicago avec de grosses victoires. On doit être l’équipe qui a joué le plus de matchs en déplacement dans ce début de saison. Les nouveaux joueurs se sont bien intégrés à l’équipe. Je pense à Pau Gasol et Aaron Brooks mais aussi à un jeune comme Tony Snell qui était là l’an passé et qui a bossé pour revenir plus fort cette année.

Cela fait 7 ans que vous jouez chez les Bulls. Est-ce difficile ou pas de s’intégrer au jeu de Chicago ?

Tout le monde joue son rôle dans la Franchise pour que les nouveaux ne connaissent pas trop de difficultés et qu’ils se sentent bien dans le groupe mais aussi dans la vie du club. Des gars comme Pau Gasol et Aaron Brooks ont tout de suite compris où ils étaient. A Chicago, on ne veut rien lâcher. Pau (Gasol) est un super mec qui se donne toujours à cent pour cent. C’est ce qu’on aime à Chicago et c’est ce que les supporteurs attendent de nous.

Le jeu offensif des Bulls est de meilleure qualité cette saison. Quelle en est la raison ?

On va voir au fur et à mesure qu’on avance dans la saison si notre jeu d’attaque reste cohérent. Nous sommes en progrès c’est évident car l’arrivée de Pau (Gasol) est un bonus pour scorer dans la raquette. Jimmy (Butler) marque beaucoup plus également et le retour de Derrick Rose est surtout primordial. Tout cela contribue à un meilleur jeu offensif mais le coach nous rappelle toujours que l’essentiel est de défendre dur. C’est encore notre meilleur atout pour survivre à chaque match.

L’âme de Chicago reste toujours la même ? Est-ce ça aussi le secret de votre réussite ?

Oui. Il y a toujours cet esprit, cette combativité qui nous caractérise chez les Bulls. Le groupe de joueurs avec le coaching staff est vraiment sain. Mais restons prudent car il faut beaucoup de chance pour faire une grosse saison. Le plus important c’est la qualité des joueurs qui composent l’équipe. Ce sera la clé de notre succès cette année.

Justement en parlant de chance ca veut dire aussi que Chicago doit être épargné par les blessures. Un problème récurrent depuis trois saisons chez les Bulls, notamment avec Derrick Rose, non ?

On sait à Chicago ce que c'est de jouer sans les joueurs importants ! Le groupe reste concentré et déterminé. On fait tout pour gagner. C’est l’objectif chaque soir. Ce serait mieux évidemment si on était un peu oublié par les blessures. Mais je crois toujours que c’est le mental qui te fait avancer. Si tu n’as pas le mental, tu lâches l’affaire et tu perds. Si au contraire, tu es assez fort dans ta tête pour gagner, tu passes tous les obstacles.

Sur un plan personnel, comment vous sentez vous après dix semaines de compétition et une opération du genou à l’intersaison ?

Ça va mieux mais il me faut un travail quotidien pour renforcer le muscle autour du genou sur ma jambe gauche. C’est fastidieux de faire ça tous les jours mais je n’ai pas le choix si je veux durer. Quand je vois que je monte à 39 minutes de jeu et que je peux tenir la distance même sur des prolongations avec de l’intensité et de l’impact, je me dis que le travail finit par être récompensé.

Quelle est l’équipe la plus forte dans votre Conférence à l’Est ?

C’est difficile à dire pour l’instant. Tout va tellement vite en NBA. Cleveland est venu nous battre à Chicago mais on voit les difficultés des Cavaliers aussi pour faire des séries de victoires. Les pronostics peuvent toujours changer, c’est ça qui est beau dans notre sport.

Vendredi 5 décembre 2014
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
les dernières news
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Quand le long terme garantit le succès [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
Voir tous les communiqués