• Bienvenue dans la Press Room du PMU. De nos communiqués à notre fil Twitter en passant par les dossiers de presse, Observatoire des Loisirs ou la newsletter PMU Sport, cette nouvelle « salle de presse virtuelle » rassemble tous les éléments et informations utiles pour suivre au quotidien l’actualité du PMU, univers par univers.
Jeudi 8 janvier 2015 tagFOOT

Avec Wahbi Khazri « Bordeaux, c’est un autre monde »

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Recruté l’été dernier à Bastia, Wahbi Khazri (23 ans) a connu une première partie de saison convaincante aux Girondins. Avant le déplacement à Monaco pour la 20e journée de Ligue (dimanche, 21h00), il livre ses impressions.

Khazri02.jpg

Wahbi Khazri, quel est votre sentiment six mois après votre arrivée à Bordeaux ?

J’ai senti que c’était le bon moment pour quitter Bastia et Bordeaux était le bon club pour moi. Je ne regrette pas du tout ce choix. J’avais pris le temps de faire le point avec mes proches et je suis content d’être arrivé ici. C’est un endroit structuré, avec une histoire. On peut parler de club mythique en France, qui continue de gagner des trophées et c’était important pour moi. Bordeaux est un club phare en Ligue 1 et n’importe quel joueur voudrait y évoluer.

Cela vous change de ne plus jouer le maintien ? 

C’est sûr que jouer le maintien ou les premières places chaque saison, ce n’est pas la même chose et ça change le monde. Alors je suis très fier de ma formation à Bastia, cela m’a bien forgé et permis d’être plus fort mentalement par rapport à mes débuts. Mais à Bordeaux, je me retrouve dans la situation où presque tous les week-ends, tu es le favori et tu te dois de gagner. Sinon c’est une contre-performance. Cela me change mais c’est bien. Cela ne fait qu’augmenter le niveau de performance exigé. Quand tu te lèves en te disant que tu dois aller gagner un match, ce n’est pas pareil que lorsque tu sais que tu vas souffrir… 

Racontez-nous vos premiers mois dans ce nouveau club.

Le groupe m’a clairement ouvert les portes et j’en avais besoin car c’était la première fois que je quittais Bastia. Je suis arrivé ici sur la pointe des pieds. Je remercie les joueurs qui ont su m’intégrer rapidement, j’ai ressenti leur volonté que je fasse partie des leurs. Au-delà de la compétence footballistique, il y a une compétence humaine exceptionnelle. Tout le monde est respectueux et garde une bonne mentalité et c’est ce qu’il faut pour le haut niveau.

Quelle part joue Willy Sagnol, votre entraîneur, dans les bons résultats du club ?

C’est quelqu’un qui a connu le très haut niveau donc il sait comment gagner. Il essaie de nous inculquer cette mentalité, cette culture de la gagne. Mais c’est tout le staff qui est compétent et qui travaille beaucoup pour nous faire progresser. Les joueurs donnent le meilleur pour évoluer individuellement. J’ai personnellement progressé physiquement, je tiens mieux la cadence sur tout un match. Je pense être plus judicieux dans les prises d’initiatives aussi. Mais je dois encore être plus régulier sur la durée.

Quels sont vos objectifs personnels cette saison ?

J’aime bien le basket donc je dirais un double-double (au moins 10 buts et 10 passes). Si l’équipe finit dans les cinq premiers, ce qui est l’objectif, je pense que je n’en serai pas loin. Ce groupe a la capacité d’évoluer à l’échelle européenne.

Vous avez hérité du Paris-SG comme adversaire pour les 16e de finale de la Coupe de France, qu’en dîtes-vous ?

Je ne sais pas, peut-être que ce n’est pas le plus facile (sourire). Non mais plus sérieusement c’est dommage parce que jouer Paris à ce stade de la compétition, en plus à l’extérieur, ça va être compliqué. Il ne faut pas se le cacher. Maintenant, si on veut être optimiste, il vaut mieux les jouer maintenant qu’en finale au stade de France. Car la motivation ne sera certainement pas la même. Bien sûr, ce n’est pas un tirage facile mais on ira jouer à fond notre carte d’outsider.

Vous allez également disputer la Coupe d’Afrique des Nations avec la Tunisie, cela vous inspire quoi ?

Forcément, gagner une Coupe d’Afrique pour un joueur du continent, c’est un rêve. En Tunisie actuellement, les jours ne sont pas très heureux donc si on peut participer à amener un peu de bonheur à une population, ce serait énorme. Quand on joue à domicile, on ressent que les gens oublient leurs problèmes pendant 90 minutes, le stade est toujours plein. On va essayer de les rendre joyeux.

Jeudi 8 janvier 2015 tagFOOT
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Newsletter
Sur le même sujet
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Olivier Miniconi : "Dans les temps de passage pour se maintenir" [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    La dix-neuvième journée [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    Comment parier sur Bordeaux-Marseille ? [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    CHALLENGE NOËL - LOTS PSG [lire la news]
  • Vendredi 18 décembre 2015
    PARIS CHALLENGE LIGUE - 2015-2016 [lire la news]
Voir tous les communiqués